Logo

ImageCourse FIS: En avant les Bagnards !


10/03/2019

Image

Courses FIS Homme, 12 et 13 mars 2019 à Bruson, dès 9h30 sur la Piste de la Pasay.

Les coureurs Emric Corthay du SC Bagnes et Léo Monnier du SC Verbier, participeront les 12 et 13 mars prochains aux deux épreuves techniques FIS homme de Bruson.

Image

Emric Corthay du SC Bagnes, né en 2001, athlète du centre de performance NLZ Brig. 

Image

Léo Monnier du SC Verbier, né en 2000, athlète du centre de performance NLZ Brig.

-Comment s’est déroulé ton début de saison ? Tes performances jusqu’ici ont-elles répondu à tes attentes ? Les formes physique et mentale sont-elles au rendez-vous ?

Emric Corthay : Mon début de saison est un peu en dessous de mes attentes et a été compliqué malgré quelques bons résultats. J’ai de la peine à mettre en place ce que je produis à l’entraînement lors des courses, mais je reste positif quant à la fin de saison. Physiquement je me sens bien et je me réjouis des prochaines échéances. J’ai besoin d’encore quelques entraînements afin de retrouver mes repères et surtout de la confiance.

Léo Monnier : Le début de la saison s’est bien passé. Je ne m’attendais pas être en si bonne forme les premières courses, car les sensations à l’entraînement n’étaient pas bonnes. Au niveau des performances, j’arrive à skier vite quand je passe la ligne d’arrivée. J’ai été très surpris par mes résultats en slalom. Je ne m’attendais pas à faire de si bons résultats dans cette discipline. Malheureusement, ce n’est pas assez souvent le cas, mais je travaille sur ce point pour gagner en régularité.

Au niveau du physique, la préparation s’est passée pour le mieux et je n’ai pas trop rencontré de problèmes au niveau de la fatigue, donc j’en suis satisfait. Et Sinon, j’essaie de ne pas trop me décourager quand je sors souvent même si parfois c’est dur, mais heureusement quand les bons résultats arrivent le moral remonte vite. Je dirais que ça fait des hauts et des bas mais on fait un sport difficile et on est conscient de cela. Heureusement, mes proches me soutiennent beaucoup et ça m’aide à retrouver la forme même si les mauvaises courses s’enchaînent.

-Quels sont tes principaux objectifs cette saison ?

E.C. : Mon principal but est d’accrocher une médaille lors des championnats suisses U 18 à la maison bien sûr ! J’espère aussi réussir à baisser mes points un maximum pour partir plus devant et profiter de meilleures conditions de piste.

L.M : Je suis en dernière année U19, donc le classement général de cette catégorie est l’objectif principal. Je vise le top 3 et avec ce résultat j’aurai les critères pour monter à Swissski en cadre C. Pour l’instant, je suis 6ème mais à seulement une trentaine de points du 3ème, les places sont chères. L’autre critère est les rangs mondiaux. Je dois donc encore baisser mes points FIS pour avoir une solution de secours si je n’atteins pas le top 3 au classement U19.

-Le SC Bagnes organise à nouveau deux courses FIS auxquelles tu vas prendre part, que cela représente -t-il pour toi de courir « à la maison » ? Ta définition de la piste de La Pasay  ?

E.C. : J’aimerais bien sûr premièrement remercier le ski-club Bagnes pour l’intérêt qu’il porte à ses athlètes en organisant des courses sur la mythique Pasay. Courir à la maison c’est toujours un plus car la piste on la connaît parfaitement. C’est aussi l’occasion de courir devant sa famille, ses proches, ses amis. J’adore et j’ai toujours adoré La Pasay. C’est l’un des plus belles où l’on court dabs la saison, l’une des plus raides, éprouvantes donc plus intéressantes. Je me réjouis.

L.M : c’est super cool de pouvoir faire des courses chez nous. Rien que le fait de dormir à la maison plutôt qu’à l’hôtel, mais aussi la motivation supplémentaire de skier devant des gens que nous connaissons. Je trouve dommage qu’on ait seulement deux courses dans l’année dans le val de Bagnes. La piste du Casino à Savoleyres serait top pour faire un slalom géant FIS.

Pour moi, c’est la meilleure piste de Suisse. Surement parce que c’est une piste que je connais par cœur et que j’apprécie. Mais ce que je trouve vraiment bien c’est qu’il n’y a pas un moment où c’est plat, il y a toujours de la pente et les différents mouvements de terrains donnent un aspect technique vraiment intéressant. Pour aller vite, il ne faudra pas s’endormir, être à 150 pourcent quitte à faire plusieurs fautes, la pente nous permet de reprendre facilement de la vitesse donc les erreurs ne porteront pas trop préjudice. Espérons que le beau temps soit au RDV.


ImageDans la même catégorie