Logo

ImageL'Hellébore: une psychiatre dangereuse


11/03/2019

L’Hellébore fétide est une plante vivace, de 30 à 60 cm, avec une durée de vie courte ( pas plus de 4 ans). Bien présente dans le Bas-Valais, on la retrouvera dans les forêts et talus broussailleux.Image

Sa floraison a lieu en fin d’hiver. Avec ses magnifiques grappes en formes de cloches d’un vert pâle bordées d’un rouge bordeau, il vaut la peine de s’arrêter pour l’admirer. Appelée aussi pied-de-griffon de par ses feuilles très découpées, elle possède également un tas de surnoms tels que rose de serpent, patte d'ours, mords-cheval, herbe printanière, favalau… remède présumé contre la folie, elle est surtout toxique et dégage une odeur désagréable lorsqu’on la rompt ou froisses ses feuilles, d’où son nom.

 

Hellébore fétide / Stinkende Nieswurz  / Helleborus foetidus

 

Elle envoûte et fait peur, l’héllebore ! Telle une sorcière au visage avenant, elle attire l’œil avec ses belles clochettes inclinées, bordées d’un liseré carmin. On les dirait trempées dans le sang…. Diabolique, mais tant que ça, la Sauvage. Sa toxicité pouvant entraîner la mort certes, l’héllebore ne sonne toutefois pas le glas : elle ferait plutôt fuir la folie des hommes, en faisant vomir ses propres démons ! Une belle psychiatre dont il faut toutefois utiliser les atouts santé avec parcimonie. Mieux vaut se coucher devant sa beauté, pas sur son canapé….

 

 

Extrait du site www.sauvagesdupoitou.com :

 

«Le nom hellébore semble venir du terme «helibar» ou « helebar» tiré d'un dialecte sémitique qui signifierait: remède contre la folie. L'hellébore fétide était en effet utilisé contre les troubles psychiques, mais cette utilisation est à proscrire en raison de sa toxicité qui peut entraîner la mort. Elle est qualifiée de fétide en raison de l'odeur repoussante de la plante quand on la touche. (…) Si son usage médical périlleux est vite tombé aux oubliettes, Helleborus foetidus a longtemps conservé une aura de magie. Avec sa dégaine abracadabrante, la Sauvage a alimenté nombre de superstitions croustillantes : on la pendait dans les porcheries, les étables ou les bergeries pour éloigner les maladies, les serpents, les rats ou les crapauds (accusés de téter les chèvres !) ; on disait de la poudre confectionnée à partir de ses racines qu'elle pouvait rendre invisible le sorcier qui la piétinait... Mais gare aux apprentis mages : c'est dans les racines de la Sauvage que se concentre la plus grande dangerosité (70g de racine sèche suffisent à tuer un bœuf... »

 


ImageDans la même catégorie