Logo

ImageMartigny: Un plongeon dans le passé


03/04/2019

Après avoir fermé la cantine de la patinoire du Forum, Serge Moret et son épouse Nicole vont ouvrir les bassins de la piscine de Martigny pour la dernière fois le mois prochain. L’occasion pour le couple mythique de piocher quelques souvenirs dans leurs 42 années passées aux abords du tilleul.

Image

Après 65 ans de piscine-patinoire, le couple Serge et Nicole garde tous leurs souvenirs bien au chaud dans leur cœur.

Il trône toujours à l’entrée de la piscine, majestueux, témoin du temps: il en a vu passer des bikinis, des chupas chup et des glaces vanille fraise …l’énorme tilleul qui abritait un petit bar fort prisé des amateurs de glaces et autres sucreries. Serge Moret aussi en a vu passer des gastronomes en culottes courtes et leurs parents, ainsi que des vieux et des demoiselles passer sur les dalles de sa terrasse, à l’affût d’un croque-monsieur ou du plat du jour. « Je vais attaquer ma 43 ème et dernière saison.»

5000 matches de hockey

Avant de s’affairer une dernière fois en cuisine, de lancer quelques blagues aux gens du coin et de faire l’analyse des derniers matches de Federer, Serge prendra plusieurs jours de repos après avoir bouclé la cantine de la patinoire dimanche passé, de l’autre côté de la route : « Nous avons vécu notre dernier match… ça fait bizarre », reconnaît Serge qui les a tous suivi – 5000 environ- depuis ses débuts en 1997: « C’était l’ancien tenancier Elie Bovier qui m’avait encouragé à reprendre la piscine et la patinoire. Je me souviens que les premières années il n’y avait pas encore le toit, ni les gradins qui ont été construits en 1981» C’était surtout la grande époque des hockeyeurs du cru qui évoluaient en 1ère ligue et qui s’arrêtaient boire des canons après les matches à la cantine: «Je pense entre autres à Patrice Bovier, Bill Udriot, Georges Fellay, Tatzi Michellod dans les buts…» Un brin nostalgique? certainement. Mais Serge, féru de sport en général, continuera à suivre à la télé tout ce qu’il aime: «Je regarde même le snooker» rigole-t-il en plaisantant, comme à son habitude : «Et les enquêtes policières ! J’ai pas besoin de faire l’école de police, le crime n’a plus de secret pour moi!»

Les temps ont changé!

Encore quelques plats du jour, de ballons de blanc à servir et il rendra son tablier au terme d’une saison qui aura vu pointer ses 65 ans. A la question d’identifier les éléments qui ont changé depuis ses débuts, le 3e de la famille des Moret, plutôt footballeurs si vos souvenirs sont bons, lance sans ambages: «Avant, il faisait toujours beau l’été. C’était le ciel bleu en continu, nous n’avions pas à nous inquiéter de la météo. « Ce qui rendait évidemment bien plus facile l’organisation de la restauration, qui attirait de nombreuses personnes : «Il y avait foule à midi, quand bien même le menu était moins étoffé que maintenant.» Aujourd’hui, plus de choix est à disposition des baigneurs affamés ou des gens qui viennent simplement dîner, mais ils ne se pressent plus comme à l’époque sur la terrasse : un autre élément perturbateur que le ciel chargé de nuages pluvieux est venu mettre son grain de sable dans la machine estivale: «Nous avons perdu beaucoup de monde à cause des gouilles», se plaint Serge. «Oui je peux dire que cela nous enlève la moitié de notre clientèle.»

Image

Serge Moret attaque sa 42e saison en tant que responsable de la buvette de la piscine. La preuve que les années passent…

Image

et les pensionnaires de midi: Roby Rouge et son épouse (en face), le facteur René Favez, Serge Trinchero ( tout à droite), ainsi que la serveuse Anne-Marie.

Les cuisses impressionnantes de Werner!

Si le bar du tilleul sous la tonnelle très prisé et qui a toujours bien fonctionné, une autre attraction lui volait quotidiennement la vedette: «L’ouverture des 10 mètres, c’était un moment incroyable. Tout le monde se réunissait au pied du plongeon pour voir les acrobates s’élancer!» se remémore Serge qui ajoute avec une moue dubitative qui en dit long: «Les normes de sécurité n’avaient rien à voir avec celles qui sont en vigueur actuellement. Il n’y avait même pas de barrières! Je me demande vraiment comment cela se fait qu’il n’y ait pas eu d’accident!» En ancien sportif passionné, il a placé au Panthéon de ses souvenirs la venue du nageur champion olympique russe, Popov: «Il était en camp d’entraînement et est venu nager lors du MISO. Le matin, il m’a demandé un bout de pain et de fromage, car il en mangeait que très rarement : on aurait dit qu’il n’avait jamais été aussi content de sa vie!», rigole Serge en mentionnant également, hilare, la mésaventure du fameux lanceur de poids Werner Gunther: «Il était venu diner avec une équipe du Fitness Vitamine. Le pauvre n’a pas réussi à s’asseoir: ses cuisses étant trop grosses, elles levaient la table! il a du se mettre dans un coin, une cuisse de chaque côté!»

Image

Quelques habitués de l’apéro (de gauche à droite): Marcel Gay, José Casanova, Hamsler, Pierre-Louis et Laurent Puippe, Lucien Pellaud.

Romy Moret


ImageDans la même catégorie