Logo

ImageSembrancher: les installations de séchage inaugurées


14/05/2019

Le Projet de Développement Régional du Grand Entremont et la Coopérative Valplantes ont inauguré leurs nouvelles installations de séchage à Sembrancher. Ce projet a pour objectif de rendre plus performant le séchage des plantes cultivées dans la région et de générer ainsi de la valeur ajoutée pour le Grand Entremont.

Image

Le gérant Fabien Fournier et le responsable du séchoir de Sembrancher Cédric Jacquemettaz, heureux d'naugurer les nouvelles installations.

C’est un local flambant neuf qui va désormais accueillir les 400 tonnes de plantes séchées chaque année sur le site de Sembrancher, issues de la production de 20 producteurs du Grand Entremont. Les nouvelles installations de séchage vont ainsi permettre de rationaliser la chaîne de séchage et de transformation des plantes, mais aussi de les mettre aux normes écologiques et agroalimentaires : désuets, les modules de séchage les plus récents dataient en effet de 1997, année d’achat du bâtiment. Inscrit dans le cadre du PDR Grand Entremont ( le projet est soutenu à près deux tiers (CHF 1.8 millions) par des fonds fédéraux (CHF 800'000), cantonaux (CHF 800'000) et communaux (CHF 200'000), le solde étant financé par des fonds propres de la Coopérative, un crédit d’investissement agricole et un soutien généreux de l’Aide Suisse aux Montagnards (ASM)), le réaménagement des lieux aura nécessité l’investissement de 3 millions de francs afin d’offrir une technologie de pointe, d’assurer la pérennité de la Coopérative et une juste rémunération de ses producteurs.

Image

Champ de mélisse au pied du Catogne

L’adaptation du bâtiment et sa mise aux normes, l’ensemble process automatisé et un système de séchage (production d’air chaud et ventilation) vont permettre une sérieuse économie de temps: «Avant nous chargions et brassions les plantes à la main!» explique Fabien Fournier, gérant de Valplantes, qui se réjouit évidemment de ce process plus performant: «Les remorques pourront être déchargées directement sur un tapis roulant conduisant à l’épierrage, au coupage puis aux cellules de séchage, permettant ainsi d’éviter le laborieux travail de déchargement à la fourche. Jusqu’à l’année passée, les producteurs du Grand Entremont chargeaient manuellement les plantes dans les cellules de séchage. Cela représentait pour certains plus de 100 tonnes annuelles de plantes fraiches à manipuler jusqu’à deux fois.» Le projet permet aussi la diminution de la manutention, l’économie de la main d’oeuvre, la réduction des coûts de maintenance et de cette chaîne plus respectueuse de l’environnement (moins d’électricité et énergie plus verte): «Cela induira l’économie d’une vingtaine d’heures de main d’œuvre par tonne de plantes séchées. L’ensemble du processus permettra d’importants gains d’énergies et l’énergie utilisée sera plus écologique grâce à l’utilisation de pompes à chaleur et à l’échangeur de chaleur. » A noter toutefois qu’il n’y aura aucun licenciement, mais que ce gain de temps à Sembrancher permettra de mieux répartir le travail entre les sites de Grimisuat et de Sembrancher. Enfin, tous ces avantages permettront à la coopérative de remplir au mieux son objectif de rétribution maximale de ses producteurs pour leur travail.

--------------------------------

La Coopérative Valplantes, c’est quoi ?

La Coopérative Valplantes est active depuis plus de 35 ans dans le secteur des plantes aromatiques et biologiques de montagne. Elle compte aujourd’hui 20 membres, pour la plupart des agriculteurs professionnels tirant souvent une bonne partie de leur revenu agricole de la culture des plantes. L’ensemble des 40 producteurs cultive en production biologique près de 30 espèces de plantes différentes (dont beaucoup sont autochtones) sur une quarantaine d’hectares jusqu’à 1450 m d’altitude. La production annuelle de près de 800 tonnes de plantes fraiches est séchée dans les installations de la Coopérative sur les sites de Sembrancher (siège social) ou Grimisuat. Cela équivaut à environ 150 tonnes de plantes séchées. Elle fournit des partenaires prestigieux de l’agroalimentaire et de la grande distribution Suisse tel que Ricola, Migros, Coop, Cremo, mais aussi le groupe DSM actif dans le secteur des cosmétiques et des clients plus locaux tel que les herbes aromatiques du Grand-St-Bernard ou Pharmalp.

 

La culture des plantes aromatiques, un revenu intéressant pour la paysannerie de montagne

Les cultures de plantes aromatiques et médicinales font partie des dernières cultures spéciales présentes en zone de montagne. Elles sont une source de revenu intéressant pour des exploitations désireuses de diversifier et d’intensifier leurs activités. Toutes les plantes de la Coopérative Valplantes sont cultivées selon les directives strictes de Bio suisse et labélisée Bourgeon. Les quatre principales plantes cultivées sont :

  • La sauge
  • La menthe poivrée
  • La mélisse
  • le thym

 

Les autres plantes importantes sont :

  • Le thym citronné
  • L’alchémille
  • L’achillée millefeuille
  • L’ortie
  • Le plantain
  • La verveine odorante
  • La camomille

 

Les producteurs cultivent également la livèche, l’origan, la marjolaine, la sarriette des montagnes, le romarin, l’edelweiss, la gentiane, la guimauve, la primevère, la pimprenelle, la véronique, la mauve, la marrube, l’ortie et quelques autres encore.

Le PDR, c’est quoi ?

Les projets de développement régionaux (PDR) sont des outils de développement régional axés sur l’agriculture qui doivent créer de la valeur ajoutée et des emplois dans le secteur agricole.

 Les PDR favorisent la coopération entre les producteurs d’une même région, ainsi qu’entre l’agriculture et d’autres secteurs comme le tourisme et l’artisanat.

 La base légale pour la mise en place de ces projets de développement régional (PDR) se trouve dans la Loi sur l’agriculture (notamment l’art. 93, al.1, lettre c).

 

 

Les PDR en Valais 

  • Le PDR val d’Hérens a été un projet pilote au niveau Suisse en 2009, finalisé en 2018.
  • Trois PDR valaisans sont à ce jour en phase de réalisation : les PDR de Leuk, Illiez et Grand Entremont
  • Cinq autres projets ont été initiés à Goms, Saasstal, Anniviers, Montana et Fully.

Image

 

Le PDR Grand Entremont

Le PDR du Grand-Entremont s’étend sur six ans de 2018 à 2023. Il prévoit la réalisation d’un certain nombre d’infrastructures liées à l’agriculture et à l’agritourisme, ainsi que la mise en place d’une identité visuelle et d’outils de promotion qui permettront de renforcer la commercialisation des produits agricoles des communes de Bagnes, Bovernier, Bourg St-Pierre, Liddes, Orsières, Sembrancher et Vollèges.

Ce projet d’intérêt public est porté par l’Association pour la promotion de l’agriculture du Grand-Entremont (APAGE) présidée par Magaly Jacquemettaz. Le financement de son enveloppe globale de 21 millions est soutenu à hauteur de 11 millions par la Confédération, l’Etat du Valais et les communes.

 Objectifs du PDR Grand Entremont:

  • Créer de la plus value dans toute la région
  • Améliorer les infrastructures des filières de transformation des produits agricoles (projets dans les filières du lait, de la viande, du miel et des plantes médicinales et aromatiques)
  • Développer la promotion et le marketing des produits agricoles, les valoriser dans une offre intégrée avec le tourisme
  • Renforcer l’agritourisme et l’image de la région

 


ImageDans la même catégorie