Logo

ImageMartigny: Corinne, montre-nous ton rucher!


14/05/2019

Afin de faire connaître l’abeille, l’apicultrice Corinne Gabioud organise des visites au rucher de l’Aplanie à Martigny dès la mi-mai. Une initiative originale qui s’inscrit dans une vision plus large de développement d’un tourisme apicole dans la région.

Image

En trente ans d’activité, l’apicultrice et conseillère apicole Corinne Gabioud en connaît un rayon sur l’abeille. Un monde fascinant avec ses codes et ses règles que la Martigneraine désire partager avec le public. Après avoir développé des cours spécifiques pour les agriculteurs intitulés «Dessine-moi une abeille», elle s’adresse désormais à tout le monde en ouvrant les portes de son rucher l’Aplanie situé au Guercet à Martigny. «Je suis certaine qu’il y a l’opportunité de développer un tourisme apicole. Les gens sont très intéressés», a constaté Corinne qui a installé des ruches devant chez elle à Martigny. «Ils s’arrêtent et posent une foule de questions. J’ai posé des pancartes avec de petites infos et ça fonctionne. » Forte de ce constat, elle a décidé d’organiser des visites directement au rucher dès la mi-mai, afin de faire découvrir la ruche et ses habitants, permettre de déguster des produits de la ruche et organiser des apéritifs sur demande.

Image

Une bricoleuse

Si le métier de Corinne est professeur de travaux manuels, elle n’en est pas moins apicultrice: «Ca aurait été un rêve de vivre que de cette passion.» Il y a trente ans, elle découvre ce monde incroyable un peu par hasard, par l’intermédiaire de ses beaux-parents: «Ils m’ont donné une ruche et m’ont appris à m’en occuper. S’ils m’avaient offert une vigne, j’aurais été vigneronne!», sourit Corinne qui s’est rapidement pris d’amour pour ces hyménoptères, sauf pour l’extraction du miel: «Pour moi, c’est la pire des choses : ça colle, c’est compliqué de ne pas en mettre partout! On croit que c’est simple, mais pas du tout.»  Dans sa miellerie, un petit local chez elle où elle extrait le miel et où elle accueille parfois les classes, et pour l’entretien de ses ruches, Corinne a la chance de pouvoir compter sur ses talents de bricoleuse. «Je sais utiliser mes mains: le toit ne risque pas de me tomber sur la tête!»

Image

Peu de miel, mais beaucoup de travail

En moyenne, une ruche donne 10 kilos de miel par année en Valais. Le miel est donc clairement un produit de luxe qui nécessite beaucoup de de travail: «les gens nous prennent parfois pour des fous, mais nous sommes tout simplement des passionnés. C’est tout le processus qui nous plaît.» De plus, il est compliqué d’élever des abeilles: «J’élève 35 colonies dont une dizaine pour subvenir aux pertes. Il y a aussi des reines pur sang chez les abeilles, de la généalogie… ça demande de la présence et un travail minutieux. Tu ne pars pas en vacances quand tu veux», rigole Corinne qui soigne ses abeilles, les traite contre les maladies et gère ses actions au jour près: «Sinon ça rate!» Le miel que Corinne obtient est un miel de forêt: «Il est corsé et reste plus longtemps liquide. Quant au miel de fleurs, il se cristallise plus vite. Cela dépende de l’endroit où le rucher se trouve.»

Image

Pour en apprendre encore plus, contactez Corinne Gabioud au 079/609 31 58 ou corinne.gabioudetplus.ch

Image

Les visites au rucher de l’Aplanie ont lieu le samedi, dimanche et éventuellement le vendredi fin de journée sur inscription au minimum deux semaines à l’avance (exception pour les personnes de passage) Visites de 6 à 25 personnes. Durée environ 2 heures. Prix 20.- adulte /15.- seniors / gratuit enfants jusqu’à 15 ans/ prix de groupe dès 15 personnes : 15.- par personne

Image


ImageDans la même catégorie