Logo

ImageSt-Léonard: La lignée des «P», ce sang de reine


04/06/2019

Image

Jean et Antoine, vignerons de père en fils.

Antoine et Christophe Bétrisey, véritables artisans éleveurs de Reines et de Grands Vins, produisent à Saint Léonard des crus qu’ils chérissent autant que les reines qu’ils élèvent, en préservant la lignée des «P» initiée par leur arrière-grand-père. Ou l’art de conjuguer savoureusement deux passions.

«Une famille, un terroir, un savoir-faire, un vin artisanal… notre fierté!» Ces quelques mots choisis par les frères Antoine et Christophe Bétrisey pour définir leur travail traduit très justement toute la passion qui anime les artisans de Saint Léonard. Cette année, l’entreprise familiale a fêté les 25 ans de sa cave, fruit d’un travail collégial et harmonieux principalement entre les deux frères Christophe, l’artisan œnologue qui vinifie des vins naturels à l’aide de techniques à la fois ancestrales et modernes, et Antoine, l’artisan vigneron arboriculteur, qui arpente sans relâche ses vignes d’exception à Saint Léonard afin de produire du raisin de qualité dans le plus grand respect de la nature.

Image

Antoine, l’artisan vigneron arboriculteur, qui arpente sans relâche ses vignes d’exception à Saint Léonard

Artisans éleveurs de Grands Crus et…
Lorsqu’il termine ses études d’horticulteur-arboriculteur à Châteauneuf, Antoine rejoint alors l’exploitation familiale qu’ils décident d’agrandir avec son frère: «Mon père qui a aujourd’hui 86 ans faisait de la viticulture et de l’élevage de vaches. Par la suite, mon frère et moi avons décidé de lancer notre propre cave, afin de s’adapter à l’évolution du marché.» Ils reprennent le vignoble de leur père Jean en 1993 et vinifient leur premier millésime en qualité de vignerons-encaveurs. Ils cultivent et vinifient alors les raisins de 10 hectares de vignes sur les premiers coteaux de Saint-Léonard et d’Uvrier, en symbiose avec la nature: le domaine s’agrandit pour comptabiliser aujourd’hui 20 hectares  de vignes idéalement nichées sur les coteaux plein sud à forte déclivité des rives de la Lienne: «La production du domaine s’élève à 180'000 bouteilles par an (ce qui équivaut à environ un bouteille par m2), les deux frères livrent dans de multiples établissements en Valais et alignent les prix dans leur magnifique Caveau de dégustation à la rue du Château.  «C’est une manière d’afficher la qualité.» Véritable passionné, Antoine aime «le contact avec la plante et le partage humain avec la clientèle. Rien de tel que de voir les gens satisfaits.»

Image

Des coups de cornes en guise de coups de cœur honorent la mémoire de vaillantes reines de la lignée des P dans le Caveau de dégustation.

Image

Un coffret cadeau qui démontre bien la conjugaison des deux passions de la famille.

…de Reines
Perpétuant la mémoire de leur arrière-grand-père qui possédait la reine à corne et à lait de Tracuit, Christophe et Antoine sont parvenus à réunir leurs deux passions qui se complètent bien: Les reines inspirent les noms de leurs vins et leurs cornes ornent les murs du Caveau, trophées coups de cœur qui maintiennent leur amour des reines bien vivant, dans le respect de la lignée des «P».

Image

En mars 1963, Noës accueille le premier combat de reines de la saison avec la victoire dans trois catégories pour Jean Bétrisey: cette photo d’archive en guise d’étiquette!

«Depuis les vaches de notre ancêtre, nous n’avons pas acheté une seule bête et elles ont toutes des noms qui commencent par P. Nous comptons sur la même race pour continuer la lignée.

Image

La Reine de Chandolin Rasoira, l’exception qui confirme la lignée des P.

Parfois il faut savoir patienter», sourit Antoine, qui élève la quatrième génération, une quinzaine de de têtes de bétail dont 7 alperont à Chandolin ces prochains jours.»

Image

Picador!


Romy Moret
Toutes les infos sur www.betrisey-vins.ch


ImageDans la même catégorie