Logo

ImageLes Jeurs: Manuela, aux confins du réel


11/06/2019

Image

Manuela Gay-Crosier qui a reçu le Grand Prix du Livre de Montagne au Festival International du Film des Diablerets avec son roman Mon cœur dans la montagne bousculera votre réalité avec Baiser de glace, son nouveau recueil de nouvelles.

«Avec Baiser de glace», l’écrivain des Jeurs Manuela Gay-Crosier propose des bribes de vies dont le fil rouge est la rencontre d’êtres mus par leurs sentiments amoureux, qui se retrouvent entre le rêve et la réalité. Un recueil de nouvelles qui efface la limite entre la vie et la mort.

Après «Mon cœur dans la montagne» , roman qui a reçu le Grand Prix du Livre de Montagne au Festival International du Film des Diablerets, Manuela Gay-Crosier propose un recueil de nouvelles qui sort des sentiers battus de son attrait pour l’histoire. Avec «Baiser de glace», l’écrivain des Jeurs reste ancrée dans son époque, même si elle flirte avec une réalité parallèle, aux confins du réel. «Ce ne sont pas des histoires surnaturelles», précise toutefois Manuela qui admet en revanche que le lecteur est souvent transporté aux limites du réel, à la frontière entre la vie et la mort: «Je dirais que mes personnages ont l’impression de vivre des rêves éveillés, étranges. Comme des hallucinations.» Malmenés par leurs sentiments amoureux, Philippe, Adrian ou Georgy vivent des expériences qui échappent en effet à notre réalité: «Le fil rouge de ces sept nouvelles n’est autre que celui invisible qui se tisse entre deux êtres par-delà les frontières du réel, et ce même dans la mort.»

La rencontre pour fil rouge

Les rencontres admirablement dépeintes par l’auteure sont étranges, saisissantes, aussi bien dans l’extraordinaire que dans la banalité de la vie. Ses nouvelles, véritables condensés de sentiments et d’émotions, sortent de l’imaginaire de Manuela, tels de petits films: «Je vois la trame dans ma tête. Très souvent, toute l’histoire s’articule autour du personnage que je visualise en premier.» Intervient ensuite la rencontre, cruciale, suivis de moments clés qui seront le squelette de l’histoire qu’elle enveloppera de chair avec ses mots: «Je lui crée une vie, un passé, des parents: ça élabore l’assise, la trame de l’histoire. J’aime travailler avec les arbres généalogiques que je leur invente.» La plume de l’auteure valaisanne transcrit magnifiquement la complexité de la rencontre humaine et les entrelacs des sentiments et des chemins parcourus.

Romy Moret

Séance dédicace le mercredi 12 juin à 17h30 à la Librairie du Baobab à Martigny avec Philippe Battaglia, Manuela Gay-Crosier, Stéphanie Glassey et Marc Voltenhauer.

-----------------------------------------------------------------------

Manuela Gay-Crosier

Mariée et mère de trois enfants, elle vit dans un hameau isolé, proche de la frontière française et du Mont-Blanc, où elle reçoit des hôtes toute l’année. Ce cadre idyllique est un atout incontestable à la création littéraire. Après avoir travaillé dans des banques, elle a mis sur pied une bibliothèque dans son village, organisé des activités pour l’école du village, puis tenu une buvette d’alpage pendant 15 ans. Elle reprend des études supérieures, à l’aube de ses 50 ans, par le biais d’une formation à distance, et obtient une licence de Lettres. Elle a publié divers romans. Son quatrième roman, Mon cœur dans la montagne, a été primé cette année au Grand Prix du Livre de Montagne (Festival International du Film Alpin des Diablerets)

------------------------------------------------------------------------


ImageDans la même catégorie