Logo

ImageSavièse - Sanetsch BALADE ET ALPAGE


19/07/2019

A mille milles de toute terre habitée, quelque part entre glace, lapiés et éboulis, en un lieu où notre planète a des allures lunaires, le courage et la ténacité de quelques membres du Ski-Club Savièse ont transformé un innocent rocher en une Cabane, la Cabane de Prarochet. 
Ce qui, pour beaucoup paraissait un pari fou, de rêve utopique est devenu réalité. 

Image

En introduction, le texte qui figure sur le site officiel du ski-club de Savièse.

Image

On se croit déjà au pays des merveilles à l'approche du col du Sanetsch. Que du vert, du beau et de l'eau.

Image

Des parois impressionnantes. Des tunnels fait main. Mille cascades et des millions de vaches.

Image

Toutes races confondues.

Image

Le col est situé à 2251 m. On peut y garer facilement son véhicule. Et départ pour une balade inoubliable.

Image

Les signaux rouge et blanc peints sur les roches et les cairnes nous guident jusqu'à la cabane. Un chemin entre lapiés et petits lacs.

Image

Des paysages environnants de toute beauté. Des couleurs enivrantes. Une flore surprenante. Et parmi elle, les dryades à huit pétales.

Image

A l'arrivée on est accueilli par Tajana Billinger, la gardienne de la cabane. On peut y dormir en dortoir. Une petite restauration au feu de bois est proposée. Il est préférable de réserver. 027 395 27 27   079 327 61 45 

prarochet@gmail.com

Image

Tatjana est secondée par Julie.

Image

La cabane est située à 2556 m. La balade dure entre 1h30 et 2h00. Une heure supplémentaire permet de rejoindre la quille du diable.

Image

On peut aussi rester à la cabane. S'installer sur les canapés orange et admirer. Pour le retour on propose le même parcours. Il est possible d'emprunter une autre voie, en boucle, mais la quantité de neige rend les repères invisibles. Nous l'avions tenté le 14 juillet et nous nous sommes pas mal égarés. Heureusement des cris d'enfants nous ont permis de retrouver le chemin. Au lieu d'attérir à notre véhicule nous nous sommes retrouvés bien plus bas, à l'alpage, pour notre plus grand bonheur.

Alpage de Tsanfleuron

Image

Un accueil trés sympathique. C'est marqué entrez sans frapper alors on ouvre la porte. Toute l'équipe de Roumanie est à table, entourée du patron Eric Debons et de sa compagne, Mathilde, la fromagère de Savièse.

Image

On retrouve avec plaisir Adriana que l'on avait rencontrée ici aussi il y a bien des années.

Image

Irénée n'est plus là. Le talentueux et fidèle fromager des lieux s'est envolé vers d'autres cieux.

Image

Adriana ne s'occupe plus des Hérens désormais. Elle est responsable d'un troupeau de 70 blanches qui remplissent une énorme chaudière. Elle est secondée par Ovidio

Image

et son fils Alex. Qui savoure le rôti bien mérité du jour.

Image

L'inalpe débute à Dorbagnon, entre les deux tunnels.Image

Le troupeau a rejoint Tsanfleuron le 15 juillet dernier.

Image

Viorel est à la chaudière. Et il connaît parfaitement son affaire. La fromagerie étincelle de propreté. Les fromages du jour sont au chaud. Le sol vient d'être totalement refait. Tout est aux normes.

Image

Liana aide un peu Viorel mais elle s'occupe surtout de la vente. Ici ça défile. On fait parfois la queue à l'entrée de la cave. Où l'on découvre des produits marqués du sceau de l'excellence. Voyez plutôt: confiture de crème, beurre, sérac, yogourt aux différents arômes.

Image

Des coeurs de tomes.

Image

Des tomes aux herbes ou au cognac.

Image

Inalpe Zanfleuron, 1934. Médiathèque Martigny. Schmid. Bourgeoisie de Sion.

Les Hérens sont encore à Infloria. 

Image

Elles rejoindront Tsanfleuron le 27 juillet.  A l'heure qu'il est il n'y a pas de reines. Nous nous réjouissons d'aller bientôt les retrouver.

Une petite précision. Sitôt la porte ouverte, une assiette supplémentaire fut ajoutée sur la table. Et nous avons savouré avec plaisir le gratin d'Adriana et son délicieux rôti. MERCI et à bientôt là-haut.

fg


ImageDans la même catégorie