Logo

ImageLaurent Perroton : « Le club que je crains le plus ? Le HCV Martigny »


09/02/2020

HCV Martigny – Leader de la saison régulière, le club valaisan n’a pas fait dans le détail en quarts de finale des play-offs. Après deux rencontres, les hommes de Laurent Perroton comptent deux victoires et peuvent valider leur ticket pour les demi-finales dès mardi.

ImagePhoto : Planète Hockey

Deux victoires dès les deux premiers matchs de play-offs et voilà le HCV Martigny en route pour le dernier carré de MySports League. Les Valaisans se sont imposés à deux reprises face à Bülach (5-1,1-4) et pourront se hisser en demi-finales dès mardi au Forum lors de l’acte 3 ! Présent à la tête du HCV Martigny depuis plus d’une année maintenant, Laurent Perroton nous a accueilli au Forum pour évoquer la saison du club d’Octodure, le statut de favori, mais aussi les regrets de la saison dernière. Interview.

Avec un point d’avance sur Dübendorf, comment qualifier votre saison régulière ?

Elle est bonne. Ce qui est important, ce sont aussi les statistiques. On a eu cette première place, on a fait 26% en Power Play et puis on était à quasiment 90% en box play. L’année dernière, c’était vraiment des situations spéciales où l’on n’était pas très performant. On a beaucoup travaillé là-dessus et c’est ce qui a fait la différence sur les moments décisifs.

Vous n’avez pas été épargnés par les blessures. Comment en éviter d’autres durant cette partie cruciale de la saison ?

Il est clair que les autres équipes ont compris : on est les seuls romands du championnat et on joue bien au hockey. Ces équipes jouent très physique et parfois c’est à la limite. On a eu des blessures non-sanctionnées sur des vilains coups. À chaque match on nous frappe énormément, on doit faire avec et bouger plus vite le puck pour se protéger. Malheureusement, on n’a pas vraiment de remèdes par rapport à ça. On a encore eu deux blessures lors du dernier match.

Il ne faudra pas laisser des forces dans les premières séries. L’année dernière, vous en aviez laissées énormément. Qu’est-ce qui va falloir changer ?

Oui, on en avait laissées beaucoup. Il faudra améliorer la constance au niveau des matchs. Il faut passer les séries un peu plus rapidement. On est bien parti pour le faire. On espère faire un gros match mardi devant notre public pour conclure cette série et avoir du temps de repos. Cela nous permettrait d’avoir du repos, et garder de la fraîcheur en vue des moments décisifs. Si on arrive à atteindre la finale, on pourra également surutiliser certains joueurs sur des situations spéciales, et c’est ça qui est vraiment important pour nous aujourd’hui.

Cette fois, tout se passe bien au niveau administratif, est-ce que ça change quelque chose pour vous ?

Non, l’année dernière ça n’avait rien changé et cette année non plus. On a un objectif, c’est le sportif. On gère ce qu’on peut gérer. Tout ce qui est administratif on ne peut pas le gérer. Il y a eu un excellent travail réalisé par le Directeur. Du coup, on veut faire du mieux possible pour le club et nos supporters. Ça nous donne encore plus d’énergie pour aller chercher cette promotion !

Avez-vous encore des regrets par rapport à la saison dernière et cette série finale contre le HC Sierre ?

Énormément. Ça me réveille encore la nuit. Tout le monde a beaucoup parlé des erreurs dans la cage, des erreurs du gardien. Mais quand on regarde le dernier tiers et puis les prolongations, on a quand même 5 chances de marquer très importantes. Je pense que l’efficacité offensive nous avait fait défaut, et ça nous joue encore des tours cette saison. On est tous très malheureux de ce qui s’est passé, mais on a tous très envie de faire oublier cela et d’aller chercher ce titre !

Vous étiez arrivé un peu dans l’urgence à deux matchs du début des play-offs. Cette année, vous êtes là depuis le début. Cela est un avantage ?

Oui. Je connais très bien l’équipe, ce qui nous a permis d’être un peu plus vigilants par rapport au manque de constance. On est une équipe qui va vite en haut, mais aussi vite en bas. On est très euphorique et on peut aussi être très défaitiste, du coup il faut arriver à trouver un bon équilibre. Pour l’instant, sur les deux premiers matchs des play-offs, on a très bien réussi à le faire !

Assumez-vous le statut de favori ?

On n’a pas vraiment le choix. C’est clairement affiché avec les ambitions du club et par rapport à l’équipe qu’on a à disposition. Ensuite, on l’a prouvé durant la saison régulière et on veut vraiment l’affirmer sur la glace maintenant. On a l’avantage de la glace et nos supporters derrière nous. Ils nous ont poussé plusieurs fois cette saison. On espère qu’ils seront de plus en plus nombreux à la patinoire.

Quel club craignez-vous le plus dans ces play-offs ?

Le HCV Martigny. Dans nos performances et nos régularités. Notre adversaire c’est nous-mêmes. Toutes les équipes sont fortes en MySports League. Ce qui a fait la plus grande différence par rapport à la saison dernière, c’est qu’il n’y avait pas de petites équipes. Quand on voit que Huttwil, qui a fait finaliste la première année et demi-finaliste la saison dernière, se retrouve dernier du championnat avec la même équipe améliorée par deux joueurs, on voit vraiment l’augmentation du niveau. On doit se concentrer uniquement sur nous-mêmes pour le moment !

Est-ce que vous serez toujours entraîneur du HCV Martigny la saison prochaine ?

J’ai signé un contrat de deux ans, peu importe la ligue. On s’est engagé sur un projet à moyen terme, donc les dirigeants m’ont fait confiance. Je les en remercie d’ailleurs. Je suis très content de l’évolution du club et très bien dans l’organisation.

Donc vous êtes épanoui à Martigny ?

Oui, je me suis épanoui. C’est très nouveau pour moi de me retrouver seulement entraîneur. J’avais beaucoup de casquettes dans les différents clubs où j’ai passé. Finalement, je prends beaucoup de plaisir parce que je suis uniquement concentré sur mon équipe et sur le hockey.

La saison prochaine, il pourrait y avoir trois représentants valaisans en Swiss League, qu’est-ce que ça fait ?

Moi qui ne suis pas né ici, personnellement pas grand-chose. Mais je sais que ça peut être vraiment sympa pour les derbys, ça peut amener de l’émotion. On l’a vu la saison dernière, et je m’en rappellerai toute ma vie, l’engouement était hallucinant. Donc espérons revivre les mêmes choses. Après, tout ce qui est aspect économique et structurel, on ne peut pas intervenir là-dedans nous le sportif, et ça ne nous regarde pas finalement. Mais au niveau sportif, ça peut être très réjouissant de retrouver ces derbys.

Pour finir, qu’est-ce qu’on peut souhaiter au HCV Martigny ?

Qu’il y ait de plus en plus de monde à la patinoire et que nos fans nous poussent comme ils ont su le faire lors de nos derniers matchs. Et évidemment, un titre et une promotion parce que le comité, les joueurs et la Ville sont derrière ce projet.

Baptiste Coppey


Commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Nom ou Pseudo (obligatoire)

Email (obligatoire)

Site internet
(facultatif)

Votre commentaire

Recevoir les réponses à ce commentaire par email

Je souhaite recevoir la newsletter

ImageDans la même catégorie