Logo

ImageUn battant avec les JO de Tokyo dans le viseur !


18/02/2020

TIR À L’ARC – Pascal Héritier débute une saison qui pourrait l’emmener au Japon, dans le cadre des Jeux Paralympiques. Une consécration pour ce battant au caractère bien trempé. Portrait.

Image

C’est un parcours très atypique, que celui de Pascal Héritier. Ce Saviésan de 48 ans a connu de multiples épreuves dans son parcours de vie, en trouvant la force de se relever, à chaque fois. Une force de caractère qui vient épater de nombreuses personnes, à commencer par sa famille. Domicilié à Vétroz et papa de deux enfants, Pascal Héritier pourrait représenter la Suisse, et le Valais aux prochains Jeux Paralympiques de Tokyo en septembre. Les sélections se feront uniquement en juillet, d’ici là, il faut s’armer de patience, ce qui n’est pas la plus grande qualité de notre interlocuteur. Un billet pour le Japon serait une consécration énorme pour cet homme attachant qui a découvert le tir à l’arc en 2013, pour « passer le temps ». Une passion qui le pousse désormais dans tous les coins de la Suisse et de l’Europe. Portrait.

Le tournant : 2005

Après une enfance passée du côté de Savièse, Pascal Héritier se destine à une carrière de carreleur. Se définissant comme n’étant « pas un grand sportif, mais un bon vivant », il exerce tout de même du street-hockey. L’année 2005 va venir marquer un tournant pour lui et l’ensemble de sa nouvelle famille. En janvier, il a le bonheur d’être papa d’une petite fille. Une joie immense qui durera jusqu’à la fin de l’été, moment où Pascal est informé de sa maladie. En effet, celui qui fêtera ses 49 ans en mai prochain souffre d’un kyste épidermoïde sur le tronc cérébral. Une tumeur bénigne, heureusement, mais d’une circonférence de 7 centimètres ! Il s’agira du début d’une longue période compliquée. Après une opération au CHUV lors de cette même année, il passera beaucoup de temps à la SUVA de Sion.

À la suite de cette première intervention, Pascal retrouve le chemin du travail et d’une vie quasiment normale, en accueillant son deuxième enfant en 2007. Cinq ans plus tard, la maladie revient frapper à sa porte. Après une nouvelle opération à Genève, il perdra l’équilibre et devra évoluer avec des cannes pour se déplacer. La troisième intervention chirurgicale, en 2013, viendra le mettre définitivement en chaise roulante. C’est dès ce moment-là que sa force de caractère et son esprit « saviésan » va entrer en matière et lui permettre de retrouver goût à la vie, grâce notamment à sa famille, très importante à ses yeux.

Le tir à l’arc, la renaissance

À la fin de l’année 2013, motivé par sa femme, il se lance dans le tir à l’arc. « Il fallait que je trouve quelque chose à faire pour ne pas tourner la boule à la maison. J’avais essayé du tennis, du badminton et du basket, mais rien ne me plaisait ». Finalement, c’est à Granges qu’il trouvera le bon sport pour lui. « J’ai fait des recherches sur le tir à l’arc et j’ai découvert qu’à Granges, il y avait un club adapté pour les personnes en situation de handicap. Les cibles reviennent au cabanon pour simplifier la vie. À ma connaissance, c’est le seul club en Europe qui possède une telle infrastructure » complète Pascal Héritier. L’année suivante, il disputera ses premières compétitions en indoor, avant de découvrir l’outdoor en 2016 seulement. Après des résultats plus que satisfaisants, il est contacté par l’Équipe Suisse Paralympique.

Alors qu’on se dit que tout va bien pour lui, les ennuis de santé vont faire leurs retours en 2017 et 2018. En octobre 2017, il se fait opérer d’une hernie discale, avant de subir une nouvelle intervention chirurgicale pour installer un « tuyau » pour essayer d’adoucir les maux de tête. L’année suivante devait être la confirmation au niveau du tir à l’arc. En février, une crise d’épilepsie et du diabète viennent freiner ses plans. On pourrait penser que ce nouveau coup d’assommoir va venir remettre en question tous ses plans. C’était mal connaître cet homme, qui deviendra champion suisse en indoor. « Je préfère quand même l’extérieur » rigole-t-il.

La nutrition et l’entraînement

Plutôt bon vivant et fêtard, Pascal a dû apprendre à s’infliger un programme d’entraînements strict, et une nutrition saine. « J’ai dû réapprendre à manger, et le changement a été impressionnant » avoue le Robin des Bois de Vétroz. Faisant l’impasse sur les féculents avant d’aller tirer, il multiplie les heures passées devant la cible. Un vrai programme d’athlète de haut niveau, « c’est un programme clairement défini avec mon entraîneur » conclut-il. Le matin, c’est travail physique avec haltères et handbike. L’après-midi, c’est devant la cible qu’il passe son temps, parfois entre 4 et 5 heures. Tout est adapté pour lui à la maison afin qu’il puisse s’entraîner de la meilleure façon. Pas le temps de s’ennuyer pour Pascal Héritier : « Mes journées sont bien complètes, c’est vrai, mais j’adore ça. Quand il pleut et que je ne peux pas sortir m’entraîner, je ne suis pas bien ». De pas sportif à athlète de haut niveau, le changement est impressionnant pour notre archer.

Tokyo ? Une consécration

La saison à venir, Pascal l’entame avec de réels objectifs, et pas des moindres. Il vise en effet les Jeux Paralympiques en août prochain. Avant cela, de nombreuses échéances auront lieu pour lui. Le 14 mars, il participera à un tournoi qualificatif pour aller à Olbia, au championnat d’Europe. Les six premiers de ces championnats européens se verront directement qualifiés pour Tokyo. Après cela, deux tournois internationaux sont au programme de l’archer. Finalement, Swiss Olympic validera son choix en juillet. C’est à ce moment que Pascal saura s’il sera du voyage pour le Japon. Une chose est sûre, tout a été mis en œuvre pour qu’il y soit. Il s’agirait d’une belle histoire, après tant de galères. Une consécration qui viendrait récompenser les nombreux sacrifices consentis depuis des années !

Envie de le soutenir ?

Afin de récolter des fonds pour sa saison à venir, Pascal Héritier compte sur votre précieux soutien. Il a mis au point des cartes de supporters à 30.-/carte. En cas d’intérêt, veuillez le contacter par mail (arc@pascal-heritier.ch) ou rendez-vous sur son site internet www.pascal-heritier.ch.

Image

Baptiste Coppey


Commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Nom ou Pseudo (obligatoire)

Email (obligatoire)

Site internet
(facultatif)

Votre commentaire

Recevoir les réponses à ce commentaire par email

Je souhaite recevoir la newsletter

ImageDans la même catégorie