Logo

ImageJulien Bonvin est à un tournant de sa carrière !


20/02/2020

ATHLETISME – Julien Bonvin est l’un des plus grands espoirs valaisans en athlétisme. À 21 ans, il entend se concentrer pleinement à son sport l’année prochaine, en vue de sa dernière saison en U23, avant d’effectuer le grand saut dans le monde élite.

Image

C’est un jeune homme simple, posé mais déterminé que nous avons rencontré pour évoquer son parcours et sa passion pour l’athlétisme. Il s’épanouit pleinement sur 400m haies, enchaînant les belles performances au niveau européen et international. En 2016, il dispute les championnats d’Europe en U18. S’ensuivent alors les échelons U20, aussi bien au niveau européen que mondial. L’année dernière, il a représenté la Suisse aux championnats d’Europe U23 en Suède. Le quadruple champion de Suisse arrive désormais à un tournant de sa jeune carrière. Il entend tout mettre en œuvre pour réaliser ses nombreux objectifs. Portrait d’un garçon surmotivé à la tête sur les épaules.

Le football avant l’athlétisme

Durant son enfance, le désormais coureur s’est essayé au football, avec succès. Finalement, c’est autour d’un stade de foot qu’il trouvera réellement sa voie. « J’aimais courir, alors l’athlétisme est venu assez naturellement » résume-t-il. Après avoir touché à l’ensemble des disciplines qu’offre l’athlétisme, il se spécialise à l’âge de 15 ans. « À la base, je faisais du 110m haies. J’ai une très bonne vitesse de pointe, mais je dois avoir de la longueur pour m’exprimer au mieux, c’est de là que vient la décision de m’aligner sur 400m haies » justifie-t-il.

Une année charnière

Actuellement, Julien Bonvin concilie vie sportive et vie scolaire. Un équilibre pas toujours très facile à trouver, qui le pénalise vis-à-vis d’autres athlètes de sa discipline : « Les autres font que ça, et moi je suis à l’école en ayant une vie normale ». Une différence qui va le pousser à se donner une année pleine pour se concentrer uniquement sur le sport. Après une maturité fédérale, il effectue désormais une année de passerelle à Saint-Maurice pour rejoindre l’Université. Mais pour Julien, « l’uni, on verra plus tard, ça va être athlétisme à 100% ». Après de nets progrès chaque saison, à grapiller centièmes après centièmes, il peut entrevoir les championnats d’Europe qui auront lieu à Paris cette année. « Je suis à 40 centièmes des limites, ça devrait être jouable ». Outre les minimas à réaliser, il faudra aussi convaincre la fédération suisse de l’emmener à Paris. En effet, la Suisse ne possède que trois places, et celle de Karim Hussein semble déjà acquise. Au bout de son année 100% consacrée à son sport, il espère « jouer quelque chose » lors de sa dernière année en U23, avant de sauter définitivement chez les élites.

Un homme simple, posé, la tête sur les épaules

De nos échanges, il en ressort une maturité exceptionnelle et une simplicité rare. « Gérer une carrière sportive n’est pas forcément facile en dehors de la piste, mais c’est toujours utile pour plus tard ». En s’occupant lui-même de l’ensemble de sa carrière, sportive mais aussi tout ce qu’il y a en dehors, il passe énormément de temps à tout gérer, tout mettre en œuvre pour atteindre ses objectifs. Il s’est notamment entouré d’un coach mental pour apprendre à gérer la pression : « La pression que je mets, j’arrive à la gérer. C’est surtout pour la pression extérieure, des gens autour de moi que j’ai de la peine ». Décidément, rien n’est laissé au hasard. Les sacrifices, pour lui, n’en sont finalement pas tant que ça. « Je n’aime pas me dire qu’il ne faut pas que je sorte, etc. Il faut profiter, tout en pensant bien sûr au sport. Après il y a des sacrifices bien sûr, mais on a surtout de belles choses. On rencontre du monde, on voyage dans des pays magnifiques à la découverte du monde. Ça n’a pas de prix, et quand les résultats viennent en plus, c’est toujours bien » avoue-t-il. Chanceux, mais aussi travailleur. Le membre du CA Sierre passe beaucoup de temps à l’entraînement :« Je dois être à douze heures par semaine, plus tout ce qui est physio, etc. Plus, ça ne sert à rien parce que la musculature ne va pas supporter une surcharge ».

L’athlétisme valaisan en plein boum

Depuis quelques saisons, l’athlétisme s’est fait une réelle place dans le sport valaisan de haut niveau, grâce à de très bons jeunes. Julien Bonvin ne s’en cache pas : « L’athlétisme a beaucoup évolué, grâce notamment aux championnats d’Europe de Zürich en 2014. Il y a eu un suivi médiatique énorme. » Mais comment expliquer cette nette progression dans notre canton ? « De meilleurs entraîneurs sont arrivés avec un niveau de qualité. Julien Quennoz et Michaël Duc, pour ne citer qu’eux, nous encadrent parfaitement. Et puis la volée de jeunes qui arrive est très bonne. » De ce fait, on risque de voir de plus en plus de valaisans sur les devants de la scène en athlétisme.

Souper de soutien à Granges le 7 mars

En vue de son année consacrée à son sport, Julien Bonvin organise un souper de soutien le 7 mars prochain à la maison bourgeoisiale de Granges. Avec un budget estimé à 15'000.- pour une saison, comprenant notamment les nombreux déplacements, les camps à l’étranger, il compte sur votre précieux soutien lors de cette soirée (flyers ci-dessous). Les inscriptions sont possibles via téléphone (078 678 12 31) ou par mail (soupersoutienjulien@gmail.com). Si vous souhaitez le soutenir, mais n’êtes pas disponibles le 7 mars, vous pouvez apporter votre soutien via IBAN : CH17 0076 5000 L087 17942.

Image


Commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Nom ou Pseudo (obligatoire)

Email (obligatoire)

Site internet
(facultatif)

Votre commentaire

Recevoir les réponses à ce commentaire par email

Je souhaite recevoir la newsletter

ImageDans la même catégorie